Thursday, 28 November 2013

Chinese Businessman Given Seychelles Diplomatic Passport


Xu Weiping likes to discuss his grand vision for future real estate projects, which include a plan to rejuvenate London’s long-abandoned Royal Albert Docks.
Despite the fact he has never attempted to build anything outside the Chinese mainland, and only has one completed development to his name, Mr Xu describes the £1bn docks project as “a small deal”


“I spent three years negotiating with London and only came up with one project, and it’s a small project at that,” Mr Xu said on Thursday. “In China I only need six months to strike a very big deal.”
His company, Advance Business Park, is building or plans to build three other massive office parks around China, in addition to the sprawling collection of about 400 low-rises in Beijing’s cheapest and least desirable district.

Mr Xu has been a citizen of the Seychelles since 1996 and is driven around in a Cadillac Escalade with diplomatic number plates registered to the Embassy of the Seychelles, thanks to his role as an “adviser” to the Seychelles government.

Most of his companies are based in the Seychelles or British Virgin Islands, allowing him to represent himself in China as a foreign investor.

When asked why he presents himself as the face of Chinese investment in Britain but as a foreign investor in China, Mr Xu would only say he is a “citizen of the world”.
He also says he has been given 50 out of 200 invitations reserved for UK-bound Chinese investors at a promotional event to be held next week at the British embassy in Beijing and attended by David Cameron.

His well-publicised courtship with London mayor Boris Johnson appears to have been consummated with a plan to move the headquarters of ABP to London.

He cites high UK unemployment as one of the reasons for the move, saying it has made skilled labour cheap. He is especially interested in hiring ethnically Chinese Londoners for his new HQ.
“Chinese are genetically diligent and hard-working but if they have been given a complete European education then they also have good breeding and manners,” he said.

For the docks rejuvenation project, Mr Xu plans to borrow about two-thirds of the £1bn investment from UK and Chinese banks and says he will tap investors or use his own money for the rest.
He intends to sell about half the units in Royal Docks to Chinese companies and says he has already signed letters of intent with 13, with expressions of interest from 50 or so others. When asked what he will do if he cannot convince enough Chinese companies to fill the development, he says the word “if” is not in his vocabulary.

In stark contrast to Mr Xu, the Chinese tycoon behind a plan to redevelop London’s Crystal Palace is more elusive. After repeated requests for interviews, a spokesperson for Ni Zhaoxing, founder of ZhongRong Holdings, said he could not be reached for comment because he was inspecting a mine outside China and had no mobile phone reception.

http://www.ft.com/cms/s/0/bb8b98b2-5830-11e3-82fc-00144feabdc0.html?siteedition=uk#axzz2m139j0ds

Tax Havens Face Crisis In Wake Of Offshore Leaks


ICIJ’s “Offshore Leaks” investigation has created a “crisis of confidence” for tax havens, damaging the offshore industry’s bottom line and its prospects for growth, a new report by a leading offshore services firm says.
“The damage caused by the International Consortium of Investigative Journalists getting its hands on a cache of 2.5 million records detailing the offshore assets of people should not be underestimated,” Hong Kong-based Offshore Incorporations Limited says. “The scandal has created a crisis of confidence in the industry.”
Most of the accountants and other offshore professionals that the company, known by the acronym OIL, surveyed for its report said that ICIJ’s stories have reduced demand for offshore financial vehicles or prompted clients to move their business from one haven to another.
It has been a tough year for offshore havens thanks to ICIJ’s revelations and efforts by the G20 club of rich nations and other international bodies to crack down on offshore-enabled money laundering and tax dodging.
The offshore operatives who shared their views with OIL, though, have a solution to the growing controversy surrounding their industry – more lobbying and better public relations.
OIL surveyed more than 200 bankers, consultants and lawyers active in the offshore industry to learn the extent of the damage and their views on how it can best be repaired. Their findings in full, with ICIJ's annotations, are available here.
These are four key takeaways from OIL’s “Offshore 2020” report:

ICIJ’s Offshore Leaks investigation was very bad for business
Just a year ago, a similar report by OIL found that the outlook for the offshore industry was bright.  Steady growth was on the horizon, it said. This optimistic forecast was shattered by the publication of ICIJ’s investigation, which revealed the offshore activities of prominent politicians and business leaders around the world as well as fraudsters, Ponzi schemers and criminals.
Among the 228 offshore industry participants interviewed for OIL’s report, more than three quarters said the leaks to ICIJ have affected the demand for offshore vehicles. 46 percent of those surveyed said it had caused demand to shift between offshore jurisdictions while overall demand remained the same, while 38 percent said that Offshore Leaks had reduced demand for offshore vehicles overall. Just 16 percent said that the investigation had caused no change to the demand for offshore products.

The problem is about public relations
“The primary challenge currently facing the industry concerns its public image,” OIL writes. The title of the first section of its report drives home the message: “The Big Picture – A Public Relations Problem.”
 OIL laments that the recent revelations have led politicians and the public to question the integrity of offshore finance. It acknowledges the merit of efforts to clean up the system and calls for greater transparency, but states firmly that the problem does not lie with the services offered by the industry.
“The political debate on offshore financial services has become an unseemly morality war,” OIL admonishes. “What the industry faces is not so much a material challenge based on quality of service as a public relations problem.”

Regulation is not the solution
To figure out how best to combat the negative publicity, OIL asked its survey respondents how the industry could best enhance its public image. The results were decisive: public relations was by far the leading response, followed by lobbying in second place.
Transparency came in fifth, followed by professionalism in tenth place. The least popular response, which came in last among all solutions suggested by survey participants, was addressing the problem through regulation.

ICIJ

Tuesday, 26 November 2013

Second Financial Tsunami Gathering To Hit Seychelles

The bad decisions of PL led by James Michel, brought on the dubious title of "Most Indebted Country in The World", and further bankrupted Seychelles in 2007.

We have been paying the price for PL James Michel failures ever since and will be paying into the future, long after James Michel and Albert Rene are gone.

Now, a second wave of financial tsunami is gathering to break on the Seychelles shores. The Seychellis who survived the 2007 Michel Tsunami must be prepared for the second wave. Here is the evidence of the Financial-Tsunami build up.

The Dismal 2% GDP Year on Year
Year on year, the PL cannot seem to do better than 2% GDP. This is in spite of increases on Tourism visitor arrivals. More Tourist arrive officially, but they spend less nights, and less money in Seychelles. Without growth at 6%-8%, according to IMF, we cannot repay our debts and maintain a reserve of Three (3) months imports, $400 million.

Middle East Hub System Has Spoke Us Out of Top Players
James Michel listened too much to the CEO's of the Middle East carriers, as they explained to him the hub and spoke system Emirates, Qatar and Etihad use to herd travelers around the world. Most of the travelers to these hubs are workers, on working trip. Well heeled potential visitors will opt for a direct flight, rather than get caught up in the madness of hub and spoke and 20 hour layover in a dessert destination. They have been spooked!

Without direct flights, revenues will continue to contract nationally.



World Trade Organization Membership
Seychelles under Michel is seeking membership to WTO. This will destroy farmers of chickens indefinitely. It will destroy the pork producers and fishermen. All markets will be open for all member states and citizens, companies, to participate in the Seychelles economy, without the ability of the government to implement protectionist measures to protect Seychellois business. A micro state country with a mere 88,000 population base, has no business joining WTO. It will destroy the identity of your people and destoy economic opprtunities in their own country.

Too Many Airlines Pull Out in 12 Months
Too many airlines have pulled out in the past 12 months for the financial situation of Seychelles to remain healthy. Blue Panorama, gone with Two (2) flights a week, 500 seats off the ticker per week.

Transaero with Two (2) flights a week servicing Moscow-Seychelles, gone . 500 seats off the ticker per week.

Qatar Airways gone. Daily flights or 700 seats plus per week.

Ethiopian Airlines and Sri Lankan Airlines (Mihn Lanka Airways) are operating, but their seat occupancy is dubious and Ethiopian Airlines can pull out anytime. No marketing has been done to effectively position Ethiopian Airlines into the Seychelles seat arrival grid.

This week alone, Emirates has announced in May, 2014, it will cut Seven (7) flights a week to Seychelles or 550 odd seats a week will be lost. This is hit to the jugular of the Seychelles Tourism Industry.

All along, we have no direct flights from our main markets, except one flight per week with Condor, which is full. They do not want to add a second flight, because landing fees are unfair. Providing evasive access from our main markets through UAE has proven to be suicidal.  

Air access is the bottle neck to the smooth flowing of the Tourism Industry, it always has been. It is a "no brainer". Without sufficient daily flights into Seychelles, hotel rooms will remain empty. Staff will be placed on 20 hour weeks and pay will be cut. At night, lights will go out and resort will look dead towns. In spite of this looming risk, Michel administration separates portfolio for Transportation and Tourism as separate moons.

OECD Slams Seychelles Offshore, Sanctions May Follow
Oecd has slammed the Seychelles non compliant offshore sctor exposed by SFP for the last Twelve (12) months. Seychelles has been seen as a soft offshore jurisdiction, where money laundering practice can be shielded from authorities and OECD member states. Until today, not one offshore administrator has been brought to trial for misuse of offshore companies. We have even posted their photos on the internet, provided their work address in Victoria, Seychelles.

SFP has exposed $17 Billion in money laundering that originated with Seychelles base companies. Hardly anything has been done. Collapse of the Seychelles offshore sector, is imminent, and it will take 20 years to rebuild. Blame PL, there is no one else to blame. OECD should keep pressure on PL, until it starts to act responsibly.

No Human Rights Report For Over 20 Years
Seychelles remains under SANCTION for not filing any Human Rights Country Report with the UN Human Rights Organization. Minister Jean Paul Adam, says there is no funding for the report. Where did the money go Mr Adam? We have money for pensions for ex ministers, ex opposition, ex everthing, but we have no money for a Human Rights Country Report (UNHR)? Do you expect people to take you seriously when most of your ministers are redecorating their offices, adding new drapes, new panels, new chairs, new cars, when what they had was just fine? You have the money. You are just spending it on frivolous things, as usual, since it is not your money.

Slavery and Human Trafficking Will Hurt Seychelles
The United States Human Rights Report, has placed Seychelles on Tier Two (2) warning to come compliant on human sex trafficking. Minister Morgan has denied all allegations in the report, sadly. Now Seychelles can expect in 2014 to go under SANCTION, and consequently, lose financial assistance from USA and OECD and bank loans from companies that are registered in those jurisdiction. I bet Minister Morgan did not know that this is the consequence on non compliance.

It is not a debate session Minister Morgan.

Only this week, a South African high end escort explained to a court how she earned Rand 15 Million doing tricks in Seychelles for well heeled Arab clients. This vivid exposure of Seychelles and sex trafficking will not earn Michel's economy many points. Four Seasons Seychelles and Kempenski Hotels should be shut down in our juridiction.

WTO Plus Permanent Residency
The lethal combination of WTO membership and issuing of permanent residency status to foreigners, in Seychelles will leave Seychellois sweeping the streets of Mahe for a living. The flood gates will open, yet, PL still cannot supply citizens with adequate water supply.

As the Tsunami gathers, remember, the lower the tide, the bigger the wave.

Seselwa Unite!

Sesel Pou Seselwa!

May God Bless All Freedom Loving Seychellois!     

 

Seytihad Airways Appoints Arab As General Manager For the Seychelles

Nov 25, 2013
Etihad Airways, the national airline of the United Arab Emirates, has appointed Ahmed Ershood Al Shehhi as its new General Manager in the Republic of the Seychelles.
Ahmed Al Shehh replaces Rashed Saif Al Shabi who has taken up the role of General Manager in Cyprus.
His key responsibilities will include driving commercial results and further enhancing the strong relationships with the airline’s travel trade and corporate customers in Mahé. He will also work closely with international tourism partners in developing the leisure and business passenger traffic between the Seychelles and key destinations across Etihad Airways’ fast growing global network, in the Far East, Asia, Australia, America and Europe. As part of Etihad Airways’ alliance with Air Seychelles, Ahmed will also support Air Seychelles’ service between Mahé and Abu Dhabi, ensuring that passengers travelling with either airline are provided with a seamless travel experience.
Ahmed Al Shehhi, an Emirati national, joined Etihad Airways in 2008 under its Graduate Management Development Program. He initially worked in the airline’s office in Jakarta, where he gained strong industry experience in sales development, working closely with key industry partners. He later moved to the marketing department at head office in Abu Dhabi, where as Regional Marketing Manager, he was responsible for supporting the development and growth in brand recognition and sales in all six countries across the Gulf Cooperation Council (GCC), and in Iraq, Iran and Yemen.
Danny Barranger, Vice President Global Sales, Etihad Airways, said: “Ahmed has extensive experience working in a commercial environment. He also understands the leisure market and has excellent contacts with local industry partners, making him the ideal candidate for this important position.”
Etihad Airways launched its service between Abu Dhabi and Mahé in the Seychelles in November 2011, and currently operates three flights a week with a two-class Airbus A320 aircraft configured to carry 16 guests in Pearl Business, and 120 guests in Coral Economy class.
 This, combined with Air Seychelles’ four flights per week service from Mahé to Abu Dhabi, provides passengers with a daily service from the Seychelles to the UAE and beyond on Etihad Airways’ fast growing global network.

http://www.eturbonews.com

Sunday, 24 November 2013

Optimism and worry as Seychelles readies for WTO


Victoria, Seychelles: The Indian Ocean archipelago of the Seychelles is pinning its hopes of economic recovery on its expected membership of the World Trade Organisation, but the impending move is also causing jitters for local businesses.

After 18 years of negotiations, the tourist destination — famed for its white sandy beaches and luxury hotels - is set to join the global trade body by the end of April 2014, said Cillia Mangroo, head of the finance ministry’s trade division.

For the authorities of the island nation, membership equals commercial security.

“Being a member of the WTO, for a small country like Seychelles, provides the opportunity to have a body that can defend their rights in case of a trade dispute with another country,” said Charles Morin, the islands’ chief negotiator.


Aside from pulling in tourists and honeymooners, the main export is canned tuna to the European Union. The EU is also the country’s main trading partner, taking 61 per cent of exports and the source of 30 per cent of imports.

The Seychelles also exports copra — coconut kernels that are ground down to extract oil — and furniture to Asia and Africa.

Ahead of joining the 159 member bloc, officials in Victoria has been busy signing bilateral agreements with Canada, Mauritius, Oman, Switzerland, and, more recently, the EU and Thailand. According to the WTO, the country has been particularly committed to cutting export subsidies to zero.

Worries for businesses

But not everyone in the small nation of just 90,000 inhabitants is convinced of the benefits of casting off trade barriers.

“Architects, engineers and lawyers are worried about the opening up of the market, because once the Seychelles becomes a member of the WTO, any business can come and invest in the country,” said Marco Francis, president of the country’s chamber of commerce.

There are fears too for the country’s poultry and pig farmers, already badly struggling since the authorities began to open the market, including allowing meat imports from Brazil.

“I fear that the country’s entry into the WTO will result in the end of such farming... and that could put the country’s food security at risk,” Francis added.

He said many livestock breeders have also closed shop because the Seychelles does not have the means to make “mass rearing such as Brazil and China.”

Francis hopes that a list of “protected” products will be reserved for key Seychelles companies, arguing Victoria should retain a monopoly on traditional fishing.

But the government will not budge, arguing that WTO accession is key to putting the economy back on track after skirting close to bankruptcy during the peak of the financial crisis.

AFP

L'île D'Arros, Paradis Maudit

Les avocats d’affaires suisses ont l’habitude des transactions discrètes mais celle-ci, aucun doute, devait sortir de l’ordinaire. En ce jour de l’hiver 1998, René Merkt se présenta à la porte de l’hôtel particulier de Liliane Bettencourt, à Neuilly, où il fut aussitôt introduit par un maître d’hôtel. Il arrivait spécialement de Genève, convoqué en urgence pour un rendez-vous « particulièrement confidentiel ». Là, une fois conduit dans un salon auprès de la milliardaire et de son mari, André, il fut frappé de voir celui-ci, d’ordinaire si posé, abréger les politesses d’usage et lui lancer, enthousiaste : « Maître, nous allons faire une folie ! » L’opération exigerait promptitude et ingéniosité mais le projet tenait en quelques mots : « Mon épouse et moi allons acheter une île. » Des années plus tard, quand la justice fouillera un à un les tiroirs renfermant les secrets de famille des Bettencourt, l’avocat se souviendra que l’ancien ministre, surexcité, lui avait présenté un grand album illustré « de magnifiques photos d’une île de l’Océan indien qu’[il] ne connaissait pas ». « J’ai appris par la suite, dira-t-il, qu’il s’agissait de l’île d’Arros. »
 Si les images montraient un paysage de rêve – ciel bleu, sable blanc, eaux transparentes – l’acquisition emprunta un circuit financier particulièrement opaque. L’argent nécessaire (18 millions de dollars, l’équivalent de 13,5 millions d’euros actuels) fut prélevé sur le compte le plus précieux des Bettencourt : celui que le fondateur de L’Oréal en personne, Eugène Schueller, père de Liliane Bettencourt, avait ouvert pendant la guerre à la banque genevoise Pictet & Cie, pour se constituer un trésor caché. La gestion en était confiée, depuis l’origine, au cabinet Merkt – d’abord le père, Maurice, puis le fils, René. À cette date, il abritait pas moins de 100 millions de francs suisses. Les titres de propriété de l’île étaient établis au nom d’une anstalt (fondation) enregistrée au Liechtenstein, D’Arros Land Establishment, et détenus par une société-écran immatriculée au Panama, Abrilor Holding, afin de dissimuler l’identité des véritables propriétaires : la famille de l’ancien shah d’Iran. Pour opérer le transfert, l’avocat suisse fit créer une autre société panaméenne qui se substitua à la précédente et dont il serait l’unique représentant (de sorte qu’en apparence, le possesseur de l’île était toujours l’anstalt). On la baptisa Yuletide International – ce qui, en anglais, désigne les fêtes de fin d’année. Tout devait en effet être réglé pour Noël.

 André Bettencourt ne voulait pas attendre. Il aurait bientôt 80 ans (Liliane, elle, venait de fêter ses 76 ans), s’était retiré de la vie politique trois ans auparavant, s’éloignait peu à peu des affaires – florissantes – de L’Oréal. L’un de ses ancêtres est réputé avoir découvert les îles Canaries. Lui pense avoir trouvé le refuge qui apaisera ses vieux jours. Sa femme, elle, a des vues sur un autre joyau : le domaine du Château cheval Blanc, le plus convoité des vignobles de Saint-Emilion (Bernard Arnault et Albert Frère se l’offriront peu après). Pour une fois, il réussit à la convaincre. Les réserves de René Merkt sur les risques du montage, principalement vis-à-vis du fisc, ne pèseront pas plus lourd. Le vieil homme écoute à peine. « Comme tous ceux qui ont posé un pied sur cette île, il est instantanément tombé sous le charme », confie le décorateur Jacques Grange, qui assista à la première visite des Bettencourt à d’Arros. C’était à la Toussaint 1998. Un mois après, la vente se concluait à Genève, le 10 décembre 1998. Ils ne pouvaient imaginer qu’un jour, une vague de scandale submergerait leur paradis secret. Ils ignoraient aussi que, de toutes les espèces de requins tournant autour de l’île, les plus carnassiers ont toujours été les humains.
Sept îles pour une dette de jeu
L’histoire de d’Arros commence par un échec providentiel. En 1771, la marine royale basée à l’île Maurice – qui s’appelle encore « Isle de France » – cherche à vérifier le tracé d’une nouvelle route des Indes, expérimentée trois ans plus tôt par le chevalier Grenier à bord de la corvette L’Heure du berger. La mission est confiée à deux officiers, Joseph Marie du Roslan, qui a repris la barre de L’Heure du berger, et Guignard de la Bolière, sur le brick Etoile du matin. En chemin, ils doivent approvisionner les colonies embryonnaires que la couronne de France a établies sur un archipel baptisé en l’honneur du ministre des finances de Louis XV, Moreau de Séchelles. Bloqués par les vents contraires, aucun des deux navigateurs ne reviendra à Port-Louis avec un tracé convaincant mais sur leur parcours, l’un et l’autre découvrent une série de petites îles sauvages dans l’archipel des Amirantes, auxquelles ils donnent les noms de leurs plus hauts supérieurs : Desroches (gouverneur de l’Isle de France), Poivre (intendant des colonies de l’Océan indien) et l’une des plus petites, baptisée en hommage au baron béarnais Jean François d’Arros, alors chef de la flotte royale dans cette partie du globe. Les historiens locaux rapportent que l’îlot est alors entièrement couvert de guano et quasi désertique. Des esclaves sont amenés d’Afrique pour la déblayer et y planter des arbres. La France perd le contrôle des Seychelles au profit des Anglais en 1811, après la défaite de la marine napoléonienne. L’esclavage est aboli. Nombre d’affranchis restent sur place. Ils vivent d’un peu de culture, de la pêche et de la vente aux navires de passage de la chair des tortues géantes, qui prolifèrent  dans ces eaux. Seules les îles les plus vastes accueillent de grandes exploitations.
Ce n’est qu’un siècle plus tard que les autorités britanniques autorisent les immigrés venus d’Inde à s’établir dans l’archipel et sous leur influence, le commerce se développe. Une riche famille de colons, les Temooljee, acquiert d’Arros et une quinzaine d’autres îlots dans les années 1920. Ils fondent la première banque du pays, les premières cimenteries. Le négoce de l’huile de coprah, tirée de l’amende de la noix de coco, est en plein essor. Ils couvrent leurs terres de cocotiers, bâtissent des hangars et des pontons. D’Arros n’est pas encore un éden mais devient un comptoir.


Elle ne porte pas chance pour autant. À en croire la légende seychelloise, c’est pour honorer une dette de jeu que les Temooljee doivent céder la propriété de l’atoll dont d’Arros fait partie. L’ensemble, constitué de sept îles, est dénommé « Darros group of islands » et cédé devant notaire, le 22 août 1949, à clan indien concurrent, les Pridiwalla. La production d’huile s’amplifiant, un débarcadère est construit pour charger les bateaux, puis une piste d’atterrissage est tracée au milieu des palmiers afin d’expédier des cargaisons vers des destinations plus lointaines. Bientôt, c’est par les airs que les futurs acquéreurs de l’île vont arriver.


Mowgli et Robinson
La princesse parle de cet instant comme d’une apparition, une vision enchanteresse restée figée dans sa mémoire à tout jamais : « Nous sommes tombés amoureux de cette île depuis le ciel, raconte Niloufar Pahlavi. Nous survolions les Seychelles en avion. Toutes les îles se ressemblaient. Et puis nous avons aperçu d’Arros. La forme, les couleurs, tout semblait différent. C’était presque magique. » Le souvenir remonte à 1975. Reza Pahlavi, le dernier shah, régnait encore sur l’Iran. La famille du souverain menait une vie de château, sans rien voir des menaces qui grondaient dans son pays. Aujourd’hui, la princesse est une femme raffinée au teint de cuivre qui masque ses yeux derrière d’immenses lunettes de soleil. L’épouse du prince Sharam, neveu du shah (sa mère, Ashraf, était la sœur jumelle du monarque), reçoit à Paris, dans un petit hôtel particulier proche de l’Arc de triomphe et décoré avec goût – toiles d’art moderne, statuettes antiques, chandeliers d’argent. L’évocation de ses années à d’Arros lui est douloureuse. « J’ai tourné cette page, dit-elle d’une voix légèrement cassée. J’aurais préféré ne plus jamais en parler. » Son récit est un mélange de bonheur et d’amertume ; c’est l’histoire d’un paradis perdu.


« Un jour, à Téhéran, nous bavardions avec un de nos amis, le baron Von Bohlen. Nous rêvions de calme et d’insouciance. Mon mari avait lancé : ”Ah, si seulement nous avions une île déserte !” Quelques temps après, il est revenu nous voir avec de grands catalogues pour nous montrer toutes sortes d’îles à vendre aux quatre coins du monde… » L’ami allemand les met en relation avec un de ses compatriotes, Fahrad Vladi, iranien d’origine qui a fondé, à Hambourg, une agence spécialisée dans la vente des îles qui fera sa fortune. L’objet de sa première transaction, signée en mars 1971, était un petit bijou de granit et de verdure au milieu des Seychelles : l’île Cousine. Pour de riches Persans en quête d’une villégiature, l’archipel est une destination idéale : il est situé dans le même fuseau horaire que l’Iran et des liaisons aériennes existent via Bombay. L’achat de d’Arros est négocié le 8 octobre 1975. L’acte notarié mentionne que l’acquéreur est une société du Liechtenstein, D’Arros Land Establishment, « représentée par son altesse royale le prince Sharam Pahlavi d’Iran » et que le prix s’élève à 450 000 livres sterling, converties en roupies seychelloises. « Il n’y avait rien qui puisse servir d’habitation, se rappelle la princesse. Juste des baraquements. Il a fallu tout construire. » En attendant que la piste d’atterrissage soit agrandie – et sécurisée –, c’est à bord d’un navire de guerre anglais (les Seychelles sont encore sous domination britannique) que la famille y accoste pour la première fois. Sur place, un entrepreneur est recruté, W.A. Pommeroy, dont le frère avait servi dans l’armée iranienne. Mais le grand chalet qu’il bâtit ne convient pas aux Pahlavi et les événements le privent d’une seconde chance : l’indépendance de l’archipel est proclamée en juin 1976 et un an plus tard, un coup d’Etat porte à sa tête un avocat d’origine française, France-Albert René. Pommeroy est jeté en prison, le nouveau pouvoir parle de nationaliser toutes les terres. « Nous avons eu peur qu’on nous prenne l’île, confirme la princesse. Mais le président René s’est montré très protecteur. Il nous a considérés comme des hôtes de marque et s’est opposé à toutes les manœuvres contre nous. Quand les mollahs ont pris le pouvoir à Téhéran, eux aussi ont menacé de confisquer nos biens. Les Seychelles sont un petit pays, les pressions de l’Iran auraient pu les impressionner. Mais le président René a tenu bon et nous n’avons plus entendu parler de rien. »

 Sur les conseils de leur ami Jacques Grange, devenu le décorateur favori du régime à Téhéran, les Pahlavi font appel à l’architecte français Jacques Couëlle, célèbre pour ses maisons aux murs arrondis, qui vient d’achever la résidence de l’Aga Khan en Sardaigne. C’est lui qui dessine et construit les étonnants bungalows blancs de d’Arros, en forme d’éponges ou de champignons géants qui achèvent de donner à l’île un aspect enchanteur – et sur le modèle desquels, des années plus tard, les Bettencourt feront ajouter d’autres habitations. Le havre rêvé de la famille princière prend forme. On y donne des réceptions ; des artistes, des notables, des membres des familles royales du monde entier y sont conviés. Le botaniste et paysagiste André de Vilmorin vient superviser les plantations. Le prince Sharam, qui se passionne pour la défense de l’environnement, réunit une conférence de scientifiques et d’intellectuels. L’épouse du shah, l’impératrice Farah, séjourne plusieurs fois sur l’île. Le monarque iranien, lui, projette de s’y rendre durant l’été 1978. Des agents de son service de protection sont dépêchés sur place pour préparer sa venue mais le voyage est annulé au dernier moment, en raison des manifestations populaires qui se multiplient dans son pays.

Dès 1977, sentant venir les troubles en Iran, Sharam et Niloufar Pahlavi ont décidé que leur fils, Cyrus, âgé de huit ans, resterait à d’Arros. Par sécurité. La même année, la princesse Ashraf a été la cible d’un attentat à Juan-les-Pins. Sa voiture a été mitraillée, sa dame de compagnie a été tuée. Après la chute du régime et l’avènement de l’ayatollah Khomeiny, en 1979, l’un des neveux du shah, Shahriar Shafigh, sera assassiné à son tour dans une rue de Paris. Loin de ces menaces, le petit prince va passer un peu plus de cinq années sur son île, à vivre comme un petit Robinson. « Je venais le voir huit à dix fois par an, confie sa mère. Il grandissait au milieu de la nature avec des précepteurs pour son éducation. Il a vécu presque seul – trop sûrement. Mais il était en harmonie avec la nature, ce qui l’a aidé à développer son sens artistique. »
Cyrus Pahlavi en 2012 à Paris avec sa mère (à gauche) et Doris Brynner, ex-femme de l'acteur Yul Brynner 
À présent, Cyrus est un grand gaillard athlétique et un peu fantasque, qui porte les cheveux longs et des vêtements bigarrés. A la différence de sa mère, lui a accepté sans hésiter d’exhumer ses souvenirs seychellois, au milieu d’un joyeux capharnaüm où voisinent compositions graphiques de son crû, bouquins et paires de baskets, le tout dans un appartement bourgeois dont les fenêtres donnent sur l’Assemblée nationale – son pied-à-terre à Paris entre deux voyages pour une exposition ou un tournoi de tennis. Il a sorti d’un placard un vieil album rempli de photos jaunies qu’il feuillète en racontant. « D’Arros est un endroit unique, complètement isolé, un petit monde. C’était mon royaume. Il n’y avait pas d’autre enfant. Je me promenais, je nageais, je m’allongeais au soleil, dans l’herbe ou sur une plage, je grimpais aux arbres. Je pouvais marcher pieds nus sur les coraux sans me blesser. J’étais comme Mowgli dans Le Livre de la jungle. J’ai appris à reconnaître les plantes, les parfums. Je dessinais sans arrêt. C’était une existence merveilleuse, hors du temps. » Sur l’île, les rares adultes qui l’entourent sont un mécanicien allemand, qui s’occupe des bateaux, un intendant britannique, une poignée de domestiques seychellois et un précepteur. « Le premier s’appelait M. Holliday, se souvient Cyrus en s’esclaffant. C’était le plus recommandé d’Angleterre ! Le premier jour, après quelques minutes de leçons, il m’a massé les épaules puis sans rien dire, il est allé au fond de la pièce et là, il a baissé son pantalon ! Je me suis sauvé en criant, on l’a enfermé dans une petite cahute qui servait de cellule et je ne l’ai plus jamais revu. » Le jeune prince se rappelle avec plus de sympathie un personnage hors du commun devenu familier de l’île : Roy Marsh, un aviateur anglais doté d’une superbe moustache qui posait  régulièrement son Cessna à d’Arros pour embarquer ou débarquer les propriétaires et leurs visiteurs. Il avait été le pilote d’Ernest Hemingway durant ses safaris africains et de John Huston sur le tournage de Mogambo. « Il était d’une force incroyable. Il faisait le tour de l’atoll à la nage. On lui disait : ”Et si vous rencontrez un requin, Roy ?” Il répondait : ”Je lui boxerai le nez !” »

Le prince Cyrus quitte d’Arros en 1982 pour le pensionnat Le Rosey, en Suisse, où son père – comme le shah lui-même – avait fait ses études. « Je suis passé directement de la liberté totale à la discipline et à l’uniforme, sourit-il. J’ai eu du mal à m’y faire. Un jour, au restaurant, mes parents ont mis un long moment avant de remarquer que je ne portais pas de chaussures… » Adulte, il n’est plus revenu aux Seychelles que pour les vacances – et pour son mariage. En 2012, Cyrus Pahlavi a monté à Paris une exposition de photos d’art prises sur l’île – ombres et silhouettes sur paysages idylliques et couleurs saturées. « D’Arros me manque, avoue-t-il, ému. Mais je ne suis pas sûr que je pourrais y retourner. Je regarde vers l’avenir. » Le passé ressemble à une lente déchéance. Après l’exil du shah (mort en Egypte en 1980), les Pahlavi peinent mal à maintenir leur train de vie. Après l’âge d’or, les voici désargentés. A partir des années 1990, ils consentent à louer d’Arros à de riches clients occidentaux, pour subvenir à l’entretien du domaine. Parmi ceux-ci, un industriel de la région lyonnaise, amateur de pêche au gros, qui y passera en famille les fêtes de Noël plusieurs années de suite. Quand j’ai cherché à l’interroger, son épouse m’a répondu, au téléphone, qu’il ne souhaitait pas s’exprimer ni même apparaître dans un récit consacré à cette île, comme si elle pouvait leur attirer un mauvais sort – ou simplement des ennuis. « Beaucoup trop de choses ont été écrites sur cette histoire, a-t-elle dit. Il ne faut pas en rajouter. » Mais elle non plus n’a pu s’empêcher d’ajouter : « C’est un lieu extraordinaire, nous l’avons énormément aimé. On ne peut pas résister à cette beauté. »

 La clause secrète
En 1994, les Bettencourt résistent encore. Cette année-là, ils sont de ceux à qui l’île est proposée en location. Leur intendant, Carlos Vejarano, un grand Espagnol charmeur et polyglotte qui participa à l’édification des premiers bâtiments à d’Arros, est chargé d’aller leur présenter des photos. Mais l’héritière de L’Oréal préfère garder ses habitudes dans les palaces de l’île Maurice. Elle décline. La situation financière des Pahlavi se dégradant, la propriété est mise en vente l’année suivante. Informé du projet alors qu’il prépare la cession d’une autre île seychelloise, un agent immobilier du Gers, spécialisé dans les résidences de prestige, offre ses services. Le prince Sharam lui confie un mandat de recherche pour un « prix minimum de 15 millions de dollars ». Plusieurs approches restent sans lendemain jusqu’à ce qu’un client russe avance une « offre ferme d’achat » pour 16 millions de dollars. Curieusement, les Iraniens la repoussent en réclamant désormais (dans un courrier du 16 janvier 1997) « au moins 25 millions de dollars » et se prévalent de « deux autres négociations en cours ». Mais rien ne se fera et il faudra patienter jusqu’en 1998 pour que les Bettencourt reprennent la main, convoquent leur avocat suisse et entrent en possession de l’atoll – moyennant un prix finalement inférieur : 18 millions de dollars.

Que s’est-il passé dans l’intervalle ? Impossible de le reconstituer en détail. Trop de temps s’est écoulé, les Bettencourt ne sont plus en mesure de préciser quoi que ce soit (la milliardaire a la mémoire chancelante et a été placée sous tutelle en 2011 ; son époux est mort en 2007) et les jeux d’intérêts de l’affaire judicaire qui porte leur nom sont trop emberlificotés pour que l’on puisse suivre le fil des témoignages en espérant qu’il conduise à une vérité. Ainsi, plusieurs employés de Liliane Bettencourt ont affirmé que François-Marie Banier, le photographe et romancier à qui elle a tant donné – et que la justice poursuit pour « abus de faiblesse » – était à l’origine de l’achat de d’Arros. Ces témoignages peuvent suggérer que l’intéressé aurait pu convaincre sa richissime amie d’acquérir l’île dans l’espoir qu’elle finisse par la lui offrir. Le dossier judiciaire ne recèle-t-il pas des exemples de comportements similaires, notamment au sujet de toiles de maîtres ? Banier, lui, assure n’avoir exercé « aucune influence » sur cette transaction (il nie d’ailleurs toute malversation au préjudice de la famille Bettencourt). La police a toutefois retrouvé chez lui des copies de lettres datées de 2005. « Quand je vous ai fait acheter d’Arros, vous m’avez dit : vous y viendrez quand vous voulez », écrivait-il à la milliardaire. Ou encore : « Vous m’avez dit que cela choquerait André si je venais à d’Arros avec David et Pascal [deux de ses amants] au mois de juillet. Voulez-vous dire que cette île que je vous ai fait découvrir, que je vous ai fait acheter et pour laquelle je me suis donné tant de mal, île que vous adorez, m’est interdite ? »


Il est certain que Jacques Grange, le décorateur ami et confident des Pahlavi, était à l’époque un intime de François-Marie Banier et que Carlos Vejarano, l’homme de confiance de la famille princière, les connaissait l’un et l’autre. D’évidence, c’est entre ces trois hommes que l’idée a germé. Banier avait été invité à D’Arros au mois d’août 1998, Grange et Vejarano étaient présents. A la Toussaint, les Bettencourt furent conviés à leur tour et tout partit de là.
Pour les Pahlavi, se défaire de leur havre bénit est un sacrifice mais, outre l’argent (viré sur un compte au Crédit suisse), ils obtiennent une compensation. La vente comporte une cause secrète – probablement non écrite – en vertu de laquelle ils pourront disposer de l’île chaque été, comme avant. A cette période, le couple Bettencourt évite les grosses chaleurs et se rend plus volontiers dans sa propriété de l’Arcouest, en Bretagne. La princesse Niloufar va plus loin : « Nous avons toujours gardé une part de la propriété de l’île, dit-elle. C’était un accord avec eux. De juin à août, nous nous retrouvions chez nous à d’Arros. Nous faisions venir des amis, nous étions très heureux. Les premières années, nous y sommes aussi allés plusieurs fois avec les Bettencourt, nous leur apprenions à l’apprécier. Ensuite, chaque fois qu’ils s’y sont rendus, André a pris l’habitude de m’écrire pour me dire à quel point ils nous étaient reconnaissants de leur avoir cédé notre île. Ses lettres étaient très émouvantes. Je les ai toutes gardées. »

D’un strict point de vue juridique, on l’a vu, les titres de propriété restent détenus par la fondation D’Arros Land Establishment. Mais une autre structure laisse effectivement apparaître le nom des Iraniens : D’Arros Development Ltd, entreprise de services créée aux Seychelles dès 1977 afin d’administrer le domaine et d’en assurer l’entretien. Carlos Vejarano en est le directeur et le capital se répartit entre lui (7%), un associé seychellois (3%) et les Pahlavi (90%). Après la vente, rien ne sera modifié et c’est à cette société que les Bettencourt, pour masquer leur nouveau statut de propriétaires, verseront un loyer annuel de 360 000 euros. Aujourd’hui, la justice considère que D’Arros Development, dont les comptes étaient largement bénéficiaires, a pu alimenter une filière de détournement au profit de Carlos Vejarano – ce que celui-ci conteste.

Pour l’heure, qu’importent les grimoires d’avocats et les comptes d’apothicaires, d’Arros peut reprendre des couleurs. Pour son éden tombé du ciel, la milliardaire ne regarde pas à la dépense. Au fil des mois, de nouveaux bungalows sont dressés, les salles de bains et les cuisines sont remises à neuf, ainsi que toute l’électricité du domaine. Le village destiné au personnel sera lui aussi reconstruit. Quelque 35 salariés y habitent et les Bettencourt viennent toujours escortés d’une petite troupe d’employés de maison. La piste aérienne est restaurée et éclairée pour permettre les atterrissages de nuit. En 2000, on édifie une clinique miniature – conçue « sur le modèle de celle que François Mitterrand avait fait installer à l’Elysée durant sa maladie », assure un témoin. En 2006, André Bettencourt fera même bâtir une chapelle dont l’un des murs est percé d’une grande croix à travers laquelle on aperçoit l’océan. Un laboratoire de recherches ultra-moderne est aussi créé pour étudier la faune et la flore – l’île compte certaines espèces d’oiseaux et de plantes rares. Le couple, qui adore nager dans l’eau de mer, fait creuser un immense bassin naturel à même la plage (coût : 700.000 dollars) qui se change en piscine à marée basse – un jour, un requin s’y est trouvé pris au piège ; les employés du domaine ont dû braver leur peur pour l’aider à sortir avec des filets…
La chapelle bâtie par André Bettencourt en 2006
Rien n’est trop beau pour les nouveaux maîtres des lieux. Afin que le gazon qui entoure la maison principale soit toujours parfait, on le fait pousser sous un hangar pour le dérouler comme un tapis (de plusieurs milliers de mètres carrés) avant chacun de leurs séjours. « C’était un refuge miraculeux, se souvient Jacques Grange. De la plage, on ne voyait jamais un bateau. Les oiseaux venaient manger devant la maison. On leur jetait du poisson. On avait l’impression d’assister à la naissance du monde. »

Le bonheur des Bettencourt serait à son comble si leur fille unique, Françoise Meyers, ne refusait obstinément de les y rejoindre avec son mari et leurs deux fils. Dans son esprit, d’Arros est associée à François-Marie Banier. Autant dire que pour elle, c’est un endroit maudit. De fait, le photographe est parfois invité (« Une dizaine de brefs séjours », m’a-t-il fait répondre par son avocat, Me Pierre Cornut-Gentille) et, à en croire certains témoins, il lui arrive de ne pas se comporter en simple visiteur : il fait aménager un chemin pour se promener avec Mme Bettencourt, prétend (en vain) repeindre les maisons du personnel avec des couleurs vives. En 2006, à sa demande, un architecte de Bali est sollicité pour dessiner les plans d’un atelier d’artiste de près de 500 mètres carrés avec cuisine, chambres et salon, qui lui serait destiné. La construction devait revenir à plus de 2 millions d’euros. « J’ai soumis les plans et M. et Mme Bettencourt ont décidé de ne pas le faire », a relaté aux juges Carlos Vejarano. De tels renoncements furent rares. Au total, les travaux effectués ont été estimés, a posteriori, à une trentaine de millions d’euros, auxquels s’ajoutent les loyers. À en croire René Merkt qui, de Genève, donnait les ordres de paiement, l’essentiel du compte secret de la banque Pictet fut ainsi englouti à d’Arros, comme le trésor d’un navire coulé par la tempête – ou des pirates.

20 millions ont disparu
Le 11 mai 2010 à Neuilly, dans l’hôtel particulier de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, gestionnaire des biens de la milliardaire, prépare avec elle un rendez-vous avec François-Marie Banier. Le fameux magnétophone du majordome est caché dans la pièce. La vieille dame est fatiguée. Son mari n’est plus là, sa fille a saisi la justice pour dénoncer les agissements du photographe, la justice soupçonne certains de ses proches de profiter de ses pertes de lucidité pour dilapider sa fortune. Sur l’enregistrement, voici ce qu’on entend:
De Maistre : « On voit François-Marie. »
Liliane Bettencourt : « Qu’est-ce qu’il veut, d’abord ?
– C’est moi qui veux. Il y a trois ou quatre ans, vous avez mis D’Arros dans une fondation pour lui.
– Maintenant, il veut la rendre ?
– Non. Vous l’avez transportée…
– D’Arros, c’est l’île ?
– Oui mais D’Arros était dans une fondation qui vous appartient. Me Goguel [l’un des avocats de la milliardaire] est venu vous voir il y a quatre ans et ils ont fait tout un truc…
– Avec qui ça a été fait ?
– Avec Goguel. C’est lui qui a monté ça avec un avocat qui s’appelle Tavernier : un avocat suisse qui me dit qu’il vous a vue. Moi, je ne m’en suis pas occupé (…) En même temps, ils ont pris 20 millions d’euros…
– Pour ?
– Ils les ont mis dans la nouvelle fondation. Celle de François-Marie.
– C’est beaucoup d’argent. »

La suite de la conversation se perd en hypothèses, allusions et périphrases contradictoires, surtout lorsque Banier arrive et affirme n’avoir aucun moyen de faire entendre raison aux avocats. Quand De Maistre lui lance : « Vous savez quand-même que c’est vous le destinataire ultime de l’île ! », le photographe répond : « Tout cela a été fait totalement en dehors de moi. » Si bien qu’à la fin de l’échange, plus personne ne sait qui détient réellement la propriété de D’Arros.

En réalité, voici à peu près ce qui semble s’être passé. En 2005, Liliane Bettencourt demande à René Merkt d’organiser un nouveau transfert des titres de D’Arros Land Establishment au Liechtenstein. Mais l’avocat redoute que l’héritière de L’Oréal ne soit « manipulée » et que l’île ne tombe « entre de mauvaises mains ». Il décide – de son propre aveu – de « s’asseoir sur le dossier ». Peu après, la milliardaire formule une requête similaire auprès d’un autre de ses conseils, Fabrice Goguel, spécialisé à Paris dans les procédures fiscales. Elle souhaite, lui dit-elle, assurer l’avenir de l’île après sa mort. « Elle ne voulait en aucun cas que l’île revienne à sa fille », précisera l’avocat durant l’enquête, ajoutant qu’elle « envisageait de la donner à François-Marie Banier ».

Au printemps 2006, Goguel se rapproche de son correspondant à Genève, Edmond Tavernier et les deux juristes inventent ensemble le projet d’une « fondation écologique » qui leur paraît réunir tous les avantages : vocation irréprochable, fiscalité nulle, confidentialité garantie. Les statuts sont déposés à Vaduz, Lichtenstein, le 20 novembre 2006. La nouvelle entité est baptisée « Fondation pour l’équilibre écologique esthétique et humain » et reçoit de Liliane Bettencourt la propriété de l’île d’Arros « de manière irrévocable et définitive ». Les deux avocats en prennent les commandes : Goguel est nommé président, Tavernier porte le titre de « protecteur ». L’article 2 précise cependant que « si les circonstances rendent impossible ou excessivement difficile l’exercice direct du but principal attribué à la Fondation », c’est-à-dire la préservation de l’atoll, ses dirigeants pourront céder la propriété à des « bénéficiaires » préalablement désignés. Sur la liste, déposée dans le coffre du notaire de Vaduz : trois associations vouées à la recherche médicale (et dirigées par un médecin parisien, ami proche de François-Marie Banier), Banier lui-même et le concubin de celui-ci, Martin d’Orgeval.

Sur le papier, le montage est parfait. Vu du large, rien ne changera à d’Arros. Liliane Bettencourt continuera à en disposer en locataire – le loyer sera augmenté, en 2007, à 560 000 euros par an. Après sa mort, elle pourra tomber dans l’escarcelle de Banier. C’est du moins ce dont le photographe paraît convaincu. En 2003, la milliardaire lui aurait confié avoir rédigé un testament en ce sens. Autour d’elle, tout le monde le pense aussi : domestiques, familiers, conseillers… – certains pour s’en réjouir, d’autres pour s’en alarmer. Le 16 octobre 2006, c’est d’ailleurs Banier en personne qui règle à l’avocat Tavernier les honoraires correspondant à la mise en œuvre de la fondation : 100 019,04 francs suisses (75 000 euros). Par la suite, devant les juges d’instruction (qui le poursuivent pour « abus de faiblesse »), il plaidera l’ignorance : Liliane Bettencourt lui aurait simplement demandé d’honorer une facture à sa place – on se demande bien pourquoi –, il n’avait « pas discuté ». Son avocat nous précise qu’il « ignorait la cause du paiement lorsqu'il l'a effectué » et qu’il ne connaissait pas davantage les détails prévus par les statuts de la nouvelle fondation : « Ce n’est qu’en 2009 ou en 2010 que Me Goguel a indiqué à François-Marie Banier que la structure mise en place pouvait faire de lui, à une échéance lointaine et incertaine, un très éventuel bénéficiaire. »
À l'intérieur de la maison en 2007

Tout change en effet à la fin de 2008 et le très cher ami de la milliardaire n’en est pas informé. A cette date, la fondation remplit ses caisses grâce à deux versements issus des comptes de Liliane Bettencourt : 5 millions d’euros le 18 novembre, 15 millions le 23 décembre. Avec l’arrivée de cette manne, l’hypothèse selon laquelle la préservation de l’île ne pourrait plus être assurée s’éloigne et le scénario d’un abandon forcé de l’île s’effondre. A l’arrivée, la vieille dame a perdu son bien mais ceux qui pensaient en hériter en sont pour leurs frais. C’est comme si les titres de propriété s’étaient évanouis… Deux explications possibles : soit les avocats ont manœuvré pour empêcher Banier de récupérer d’Arros ; soit ils se sont égarés dans le labyrinthe juridique qu’ils avaient eux-mêmes imaginé. Pour Banier, le résultat est le même. De dépit, il s’emporte devant les policiers qui l’interrogent : « Cette île, je la déteste. Elle est bourrée de moustiques, elle est minuscule et il y fait très humide. En plus, il y a des requins. Je déteste les îles ! »

Sans les enregistrements clandestins du majordome, l’histoire serait restée secrète et à la mort de la milliardaire, il aurait été trop tard. A l’été 2010, le subterfuge est éventé et d’Arros devient l’objet de toutes les attentions. Au Liechtenstein, les avocats de la famille Bettencourt réussissent à obtenir la dissolution de la fondation et la restitution des titres de propriété – une première dans l’histoire de ce pays, où l’inviolabilité financière est un patrimoine national. A Paris, le fisc inflige un redressement pour la détention non déclarée de l’île et des comptes bancaires suisses – le montant, couvert par le secret fiscal, n’a jamais été divulgué. Aux Seychelles, le gouvernement menace de confisquer le domaine. La loi locale prévoit en effet que toute cession immobilière dans l’archipel doit recevoir l’aval des autorités. Or depuis la vente aux Pahlavi, en 1975, l’administration seychelloise n’a été informée de rien. Après négociation, Liliane Bettencourt doit s’acquitter de 6 millions d’euros d’arriérés de taxe pour recouvrer son bien. Mais la magie est rompue : elle ne retournera jamais à d’Arros. Une fois encore, l’île s’est retournée contre ses bienfaiteurs. Fin 2011, elle est à nouveau à vendre.

Les négociations, cette fois, ne traînent pas en longueur. Le 31 juillet 2012, le ministre seychellois de l’aménagement du territoire annonce que l’atoll a été cédé au prix de 45 millions d’euros. L’acheteur est une société immatriculée aux Seychelles, Chelonia Company (du nom d’une tortue de mer très courante autour de d’Arros), présentée comme une filiale de la fondation océanographique Save our Seas (SOS). Derrière l’une et l’autre s’abrite un milliardaire saoudien, Abdul Mohsen Abdulmalik Al-Sheikh. Passionné par la faune sous-marine et obsédé par l’anonymat, cet homme d’affaires de 57 ans est issu d’une grande famille wahabite qui tient en partie sa fortune d’un groupe de travaux publics. Le personnage paraît échappé d’une aventure de James Bond. Si son nom est régulièrement prononcé lors de prestigieuses ventes de chevaux de course – où il ne montre pourtant jamais – et dans les classements des propriétaires des yachts les plus luxueux du monde, il n’apparaît en revanche sur aucun des documents de sa fondation. Il n’existe pas de photographie de lui, personne n’est capable (ou ne souhaite) le décrire – malgré nos demandes répétées, il n’a d’ailleurs pas voulu me recevoir – et son activité favorite consiste à plonger au milieu des requins.

« Il est doté de moyens considérables mais sa nature le porte à ne pas en faire étalage », confie sobrement l’un de ses avocats suisses, Luc Argand – l’un des deux représentants de la Chelonia Company. Diplômé de plusieurs universités américaines (dont Harvard) en management et en économie, le sheikh doit aussi sa puissance à ses débuts (en qualité de comptable) au coté d’Akram Ojjeh, le célèbre intermédiaire qui négociait les plus gros contrats d’équipement et d’armement saoudiens dans les années 1970. Son mariage avec la sœur de l’une des femmes du prince Sultan, inamovible ministre de la défense du royaume durant quarante ans (il est mort en 2011), a renforcé son influence et il dirige aujourd’hui un groupe de trading international.

Propriétaire d’un palace dans une île voisine, Abdul Mohsen Abdulmalik Al-Sheikh s’était déjà porté acquéreur en 1998, à l’époque où la rumeur seychelloise bruissait des difficultés financières de la famille Pahlavi. Les Bettencourt l’avaient devancé. « L’achat de d’Arros n’a rien d’un caprice de milliardaire, indique Me Argand. C’est un homme qui aime sincèrement le monde sous-marin et tout ce qui s’y rattache. Sa fondation édite des livres et des films, arme des navires et finance de nombreux programmes de recherche en Australie, en Afrique et en Floride. Cette île abritera de nouveaux laboratoires qui contribueront à son rayonnement. » L’avocat révèle que la transaction fut néanmoins « assez sportive ». « Le gouvernement des Seychelles a hésité à transformer l’atoll en parc national, confie-t-il. Il a fallu les convaincre d’y renoncer. » A Genève, le siège de sa fondation est situé au deuxième étage d’un immeuble de bureaux cossu du centre de la ville, qui abrite également les services d’une grande banque et des locaux de la télévision suisse. Save our Seas fête ses dix ans cet automne et l’achat de d’Arros lui a apporté un début de notoriété sans que son propriétaire ait eu besoin de s’exposer. Grâce à elle, l’atoll accueille désormais, deux ou trois fois par an, des groupes d’enfants venus découvrir les richesses de l’océan et les nécessités de le préserver. Dans le lagon turquoise, ils nagent parmi les poissons multicolores. Des éducateurs leur enseignent le respect de l’océan, où l’homme n’est jamais qu’un visiteur. À D’Arros, les requins sont maintenant chez eux.

 http://www.vanityfair.fr


Friday, 22 November 2013

Seychelles Airlines Industry Coup In The Making

Ahmed Afif Didi, the former Principal Secretary of Finance, and the man, that led Seychelles through the dark days of national bankruptcy, much like Churchill led England in the darkest, hollow moments of Blitz Krieg over London is back in form and made numerous announcements this week on the new airline Seychelles Airlines.

Mr Afif, fired from his post, because he raised numerous issues of malpractice in the Air Seychelles operation, has been chosen by INTERSHORE Airlines to run the new private venture, which was announced by Mr Louis D'offay on the occasion of his 15 anniversary as SHTA Chairman, the day, he resigned from his post as head of Tourism Trade. Intershore Airlines was presented to the Public as a concept, to the dismay of Mr Steve Fanny Principal Secretary of Finance, recently, booted from the Ministry of Finance.

An Arena of Government People
In attendance this week was an arena of government ministers, Principal Secretary (s), Directors, and anyone in the Michel Administration.

Mr Afif along with former Air Seychelles staff, laid out the game plan that Seychelles Tourism Trade has been begging for all these years, since Air Seychelles underwent a buyout of 49% and loss of management control by Etihad, from the UAE. The move, intended to keep Air Seychelles afloat, resulted in a deadly blow to Seychelles national pride. We are yet to recover.

The Direct Flight Option From Key Markets
What the new airline offers, that Etihad-Air Seychelles does not offer is direct flights from our main markets in Europe. This is exactly what is needed, to increase Seychelles performance as a Tourism destination. Flights from Germany, will work, because its economy is humming at nearly 4% per annum consistently. Germans prize a holiday in the Seychelles. Seats will be booked and sold. Flights from Paris, Charles de Gaulle is a no brainer since it is the hub of airline connections for most of Europe and still our main market. Code sharing with Air France and KLM in the near future, an arrangement broke by Air Seychelles, would increase seat accupancy in no time. Visitors will have direct access to Seychelles, spending 2-3 extra days in Seychelles, instead of spending that time in dreaded Abu Dhabi, which is not as bad, depending on the hotel you end up in.

I personally believe, though i have not seen figures, we are dealing with a 4% increase in GDP potential. That will take Seychelles to 6% GDP in the first year of operation. Closer to the 7%-8% GDP performance we need to get the country back on its feet.

The arrangement is like manna from the skies for the Seychelles Tourism Industry, who has been suffering under the subjugation, and enslavement of Etihad that has used Air Seychelles to open routes to Hong Kong, Vietnam, South Africa and Australia for itself. Air Seychelles has lost routes to Jo' Burg, Mauritius at times. Staff have become demoralized. Inter island ticketing has become madness. Prices are volatile and uncompromising for residents. Excessive charges on baggage from other airlines, has soured relations with Emirates, Qatar left, Visitors on holiday, grumble endlessly about the harsh charges. The whole country, even the President has resigned themselves to the mercy of Cramer Ball and his little toy Air Seychelles.

Mr Ball does what he does well for Etihad, but he just does not have a heart for Seychelles, its just a job for him, posting before he can move on to somewhere else.

Seychelles Airlines Will Have Trade Full Support
There is no doubt, Seychelles Airlines will have the full support of the Tourism Trade. The only issue is now the Government. I suggest to the government to set these wings free to fly. The country needs to move forward. Having a national carrier, run owned by Seychellois, is an excelllent way to do it. IMF will be clapping all the way. Give them your full support. The country should unite behind this call for a private airline. It's time we take our destiny back from the UAE.

All the way To Paradise with.........Seychelles Airlines!

Congratulation to Mr Afif and all the team at Seychelles Airlines for your effort, and risk of course. The Trade will not let you down.

Seselwa Unite!

Sesel pou Seselwa!

May God Bless All Real Freedom Loving Seychellois!



OECD Criticises Seychelles


Seychelles has been listed alongside well-known tax havens in a new OECD ranking, showing the country still has work to do on banking secrecy despite recent steps aimed at tackling the issue.


The Organisation for Economic Cooperation and Development's Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes is due to officially release ratings for 50 jurisdictions at a meeting in the Indonesian capital on Friday.

The forum has rated jurisdictions on how well they comply with rules on tax transparency.

It came after Seychelles took steps to tackle its long-criticised banking secrecy, including signing an international tax evasion agreement, brokered by the OECD, and introducing new legislation to increase cooperation on money-laundering.


Of the jurisdictions that completed the two-stage assessment, 18 were deemed to be "compliant" with the tax transparency rules set out by the forum; many others were considered "largely compliant"; while Austria and Turkey were "partially compliant".

Four were deemed to be "non-compliant": Cyprus, Luxembourg, the Seychelles and the British Virgin Islands.


Luxembourg, Cyprus, BVI, Seychelles fail tax transparency rules - OECD

LONDON Fri Nov 22, 2013 10:06am GMT


(Reuters) - Luxembourg, Cyprus, the British Virgin Islands and the Seychelles do not meet international standards on tax transparency, a global tax forum said on Friday, as international pressure grows on countries seen as tax havens.
The four failed to share taxpayer information with other countries effectively or to gather information on beneficial ownership of corporate entities registered on their territory, said the Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes.


Overseen by think thank the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD), the forum said the jurisdictions were the only ones of 50 it examined which were non-compliant with internationally agreed best practice.
The Group of 20 leading economies, which has asked the OECD to lead efforts on curbing international tax evasion and avoidance, has said it wants to put pressure on to "non-cooperative jurisdictions".
Luxembourg, which EU sources said is under investigation by the European Commission for tax deals it has cut with major multinationals, said it considered the rating to be "excessively harsh".


It said in a statement that a "very limited number" of its responses to requests for information had been considered to be unsatisfactory.
The Financial Secretary of the British Virgin Islands, Neil Smith, said the rating did not accurately reflect the current practices in the BVI since 2012.
"Unfortunately this classification misses the mark. It does not give an accurate reflection of the standards of tax information sharing found in the BVI."
Cyprus and the Seychelles government representatives either declined to comment or were not available for comment.
Earlier this year, German politicians demanded improved transparency in Cyprus's banking sector, long seen as having weak controls against money laundering, as a condition for providing bail out funds.
The OECD stopped short of adding the countries to its list of tax havens but a country's omission from that list has in the past largely been contingent on a willingness to share tax information.
Currently, only two small Pacific islands are on the list but other countries including Ireland are regularly accused by politicians in larger countries like the U.S. of being tax havens.

 (Additional reporting by Philipp Blenkinsop in Brussels, editing by Elizabeth Piper)




Wednesday, 20 November 2013

Seychellois on Krejcir Hit List


Tuesday, 19 November 2013

Seytihad Appoints Non Seychellois As New Chief Financial Officer



Air Seychelles, the national airline of the Republic of the Seychelles, has appointed Ms Tara Murphy as its new Chief Financial Officer.

Tara, who is currently Etihad Airways’ Manager Financial Control, takes up the role on secondment from the Abu Dhabi-based national carrier.

Air Seychelles Chief Executive Officer Cramer Ball welcomed Tara to the Air Seychelles executive team.

“Tara’s experience in financial planning and management will be a great asset to Air Seychelles as it enters the next phase of its development.

“She brings valuable insight from managing cost control projects with fellow equity partner, airberlin, that will be hugely beneficial to our business.”

Tara said she was excited to take on the new role and to relocate to the Seychelles.

“I look forward to joining the Air Seychelles senior executive team and to contributing to the airline’s continuing success.”

Tara is a graduate of Dublin City University with degrees in accounting and finance. She is also a chartered accountant and chartered tax adviser, with membership of the Institute of Chartered Accountants Ireland and Irish Tax institute.

Cramer Ball paid tribute to former Chief Financial Officer Shelley Cole who will relocate to Lugarno in Switzerland on a secondment to Swiss-based Darwin Airline as the regional carrier’s new Chief Financial Officer.

“Shelley has played a pivotal role in the turnaround of Air Seychelles leading many of the initiatives that delivered the airline’s US$ 1 million profit in only one year.”

 http://www.aviator.aero/press_releases

Sunday, 17 November 2013

After Pressure From MSR-SFP Citizenship Bill Surfaces


Recently, the Citizenship Bill was discussed in the National Assembly without ever being Gazetted. Odd enough.

Minister Joel Morgan was on SBC in Extra, Extra, to reveal to the Public what his intentions are behind the Bill which falls under the purview of his ministry.

A MSR-SFP Partial Victory
Clearly, the PL have succumb to the pressures of the MSR and SFP who have single handedly exposed the bogus practice of: 1. Selling passports, 2. Allowing GOP workers to become Citizens, 3. Not making it easier for a person married Bona Fide to a Seychellois(e) to become a citizen, 4. Not provinding for a permanent resident status for non citizens. All these points, MSR and SFP have fought hard to expose the PL and the weakness in the process of attaining citizenship in Seychelles.

The outcome has been, that after years of abuse of the system, the use of a Seychelles Passport when travelling has become a dubious venture. At home we have witnessed the outright selling of our identity, the gradual loss of our patrimony to non Seychellois, and the displacement of bona fide seychellois, many of whom, their roots in the country, go back to Independence, back to colonial England, France, slavery, and even the first settlers to Seychelles consigned from La Reunion, Mauritius and France.





Cancel Citizenship
The PL being obsessed with the keeping of power, have provided that if any citizens get out of hand, they will cancel their citizenship.

This is another gross violation of human rights, not matter what a citizen has done. If a citizen commits a crime, he must do the time. To revoke citizenship will lead the citizen without a country. He will become a ward of the United Nations and international litigation will follow when such drastic measures are taken over a citizen. The provision renders the Constitution of Seychelles nothing more than toilet paper.  
The Fool
Games The Corrupt Play
The Economic Development Act (EDA) that had so much heat from OECD and tarnished Seychelles reputation so badly in 1994, is back in the form of the Citizenship Bill/Act. Under these provisions, a person can be granted citizenship by depositing investing $ 1 Million in Seychelles. Today, we know that is not more than a little house at Eden Island, or a single barefoot charter catamaran. Who are you kidding PL?

In no time like in 1994, the Sunday Times will be down to invest $ 1 Million to be granted citizenship. Ironically, the PL has never prosecuted and jailed anyone in Seychelles for money laundering, corruption charges. misuse of public funds.
What does that say about our Citizenship under PL?

Seselwa Unite!

Sesel Pou Seselwa!

May God Bless All Real Freedom Loving Seychellois!

Written by Christopher Gill, Leader of Seychelles Freedom Party.
     



 




Kamalesh Sharma Brings Shame to the Commonwealth

 
Kamalesh Sharma

The Failure to Implement “Commonwealth Values”
The Commonwealth Secretariat has largely refused to discuss the human rights situation at the meeting venue. Secretary-General Kamalesh Sharma has stated that the Commonwealth is active in promoting Commonwealth values in Sri Lanka, such as respect for human rights and free speech, and also in helping implement the LLRC recommendations.

Ahead of a Commonwealth Ministerial Action Group (CMAG), Secretary-General Sharma commissioned two independent legal reports on the impeachment of Sri Lanka’s previous chief justice, Shirani Bandarnaike. In spite of calls by the Canadian government and others to make those reports available to CMAG during its April meeting Sharma chose not to release the reports even to CMAG members. At least one of those two opinions, leaked on September 8, states that the impeachment of the chief justice was unconstitutional and was a “direct violation” of the rule of law and contravened Commonwealth Values and Principles.

Human Rights Watch believes that holding the summit in Sri Lanka cast serious doubts on the Commonwealth’s commitment to supporting human rights, democratic reform, and fundamental human rights enshrined in the Commonwealth Harare Declaration of 1991. It is likely to prove to be a major embarrassment to the Commonwealth and its participants, particularly given Pillay’s findings that  little progress has been made on key issues since 2009. Even now, intimidation and harassment of those who met with her was reportedly ongoing.To allow Sri Lanka to host the 2013 summit in the aftermath of the scathing report by the UN’s rights chief would be to reward an abusive government and a public disavowal of Pillay’s findings.


An Abysmal Human Rights Record
During her visit to Sri Lanka in August, Pillay held extensive meetings with residents in the former conflict areas of the north and east of the country, as well as with government officials, politicians, and activists. In her statement, Pillay acknowledged that there had been considerable progress in reconstruction, resettlement, and rehabilitation work in the war-afflicted areas. However, she made it very clear that there continued to be persistent human rights violations, and that many of the recommendations from the LLRC adopted at the Human Rights Council’s March session had not been implemented. Chief among the concerns she expressed were:
  • The need for credible investigations into allegations of war crimes, crimes against humanity, and other violations throughout the conflict, and not just the end phase, including the murders of 5 youths in Trincomalee and of 17 aid workers in Muttur in 2006;
  • The failure to investigate or resolve thousands of outstanding enforced disappearance cases, leaving families without answers about what happened to their loved ones; lack of transparency about the army courts of inquiry set up to look into allegations of laws-of-war violations, and the need for credible independent investigations;
  •  Harassment and intimidation of human rights defenders, including persons who met with Pillay during her visit;
  • The need to restore the independence of bodies such as the Elections Commission, the National Human Rights Commission, and the Police Commission;
  • The need for a clear separation of the police from the Ministry of Defence, as the new Law and Order Ministry set up to supervise the police is headed by the president, who is also the minister of defence.
  • Interference with the independence of the judiciary, highlighted by the impeachment of the previous chief justice, Shirani Bandarnaike;
  • Extensive militarization in the north and east, with the military encroaching on civilian matters such as education, agriculture, and tourism;
  • Military acquisition of private land to build permanent army camps, creating an environment that gives rise to abuses and is seen by the local population as oppressive and intrusive;
  • Intense vulnerability of women and girls, particularly in female headed households, to sexual harassment and abuse.
Pillay also expressed deep concern at signs that Sri Lanka was turning into an increasingly authoritarian state. Critics of the government, including opposition politicians, journalists, and members of civil society routinely face harassment, intimidation, and threats. When Defence Secretary Gotabaya Rajapaksa, the president’s brother, threatened the editor of the Sunday Leader, she sought asylum abroad, a fate that has befallen many others who have criticized the government. President Rajapaksa has appointed his brother and other members of his family to powerful posts, raising concerns that he is trying to create a family dynasty. In 2010, he engineered the abolition of presidential term limits.
When concerns have been raised about Sri Lanka as an inappropriate venue for CHOGM, many Commonwealth countries have chosen to ignore the question, with only Canada announcing that Prime Minister Harper would not be attending. Australia has confirmed that its prime minister will attend, as has the United Kingdom, although the United Kingdom does admit to concerns about Sri Lanka’s rights record, including after Pillay’s visit. Despite previous expressions of concern, the Indian government has remained largely silent on the matter, with no clear commitment as to either attendance or the level of attendance for the summit. Few other Commonwealth countries have indicated whether they will attend.

 Brad Adams of Human Rights Watch.